Grands courants en pédagogie

De Wiki Pnl
Aller à : navigation, rechercher
ÉtoileG01p.png

En pédagogie, plusieurs conceptions coexistent et pour s'y retrouver, il est utile de les mettre en corrélation avec différents courants qui se sont succédé au fil du temps.

Au moyen-âge, l'apprentissage professionnel se faisait par le compagnonnage auprès d'un maître et l'enseignement de la lecture et de l'écriture était pris en main par les religieux et réservé à une élite.

Pédagogie traditionnelle

Élèves-maîtres (promotion 1908-1911) de l'École normale d'Orléans

Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique, fait voter les lois sur l' obligation de l'instruction publique et sur l' enseignement laïque en 1882[1] . Si tous les enfants de la république doivent aller à l'école, il faut former d'urgence des enseignants, appelés les Hussards noirs (tout habillé de noir). Mais à cette époque on ne connait que les casernes et les prisons, alors l'architecture des écoles est construite sur le modèle des prisons (bâtiments avec cour intérieure facile à surveiller) et l'enseignement est quasi militaire (uniformes, mise au garde-à-vous...) Les enseignants formés ainsi vont reproduire ce qu'ils ont vécu dans leur instruction (devoir et obéissance), la séquence pédagogique est : pendant les explications de l'enseignant, les enfants se taisent et écoutent ; puis l'enseignant questionne les enfants avec des punitions pour ceux qui ne connaissent pas ou ne se comportent pas comme demandé.

C'est un grand progrès pour l'époque (fin du 19e s.) Ce mode pédagogique et éducationnel perdure jusqu'à nos jours au point qu'il reste le plus répandu dans l'enseignement actuel de nos pays avec la démotivation exponentielle à la fois des jeunes, mais aussi de leurs maîtres[2].

École nouvelle

L'école nouvelle n'est pas nouvelle du tout. Elle prend ses sources dans le mouvement début du 20e siècle de l'Art Nouveau. Ce mouvement veut revenir à la nature, on peut l'observer dans l'architecture[3] et dans les arts, mais ensuite en pédagogie où des pédagogues, comme Dewey (USA), Montessori (Italie), Freinet (France), Decroly (Belgique), vont proposer une pédagogie plus naturelle. L'école nouvelle est aussi appelée la pédagogie active. Elle cherche à ce que les enfants soient acteurs de leur propre apprentissage, dans une conception constructiviste[4]. Elle propose que les enfants trouvent leur propre motivation à apprendre et leur laisse donc beaucoup de liberté.

Psychologie génétique de Piaget

Piaget[5] attire l'attention de l'importance de construire l'intelligence[6] au travers d'une pédagogie active et non du "verbiage" des mots (explications traditionnelles), voire des images (vidéos, films). Dans son article de 1935, il définit des stades de développement de l'intelligence (psychologie génétique[7]) par lesquels les enfants doivent passer. Ses travaux permettent de construire des séquences progressives de développement les compétences réflexives : la persistance de l'objet, la réversibilité des mouvements, la symbolisation des objets, puis des relations. Il définit 4 stades[8]  :

  1. La période sensori-motrice (de la naissance à deux ans) ; acquérir la persistance de l'objet.
  2. La période de pensée pré-opératoire (environ deux à sept ans) ; conservation (substance, liquide, nombre), classification (classement catégoriel), prise de conscience des autres.
  3. La période des opérations concrètes (de sept à onze ans environ) ; conservation (poids et volume), classification (inclusion), logique inductive (conclusion du particulier au général).
  4. La période des opérations formelles (de onze à quinze ans environ) ; logique déductive (du général au particulier)

L'école démocratique

Un autre mouvement est d'inspiration libertaire. La première est celle de l'école de Summerhill en Grande-Bretagne, créée en 1921 par Neill[9]. Elle défend l'idée que la liberté donnée aux enfants d'apprendre ou non est nécessaire pour que l'enfant s'implique vraiment dans ce qu'il choisit de faire. L'égalité entre enfants et adultes participent à une éducation à la démocratie et a mis à mal la conception autoritaire de l'éducation. Ces écoles ne s'engagent pas forcément à un socle commun de connaissance.

Pédagogie explicite

En 1968, aux USA, le président Johnson lance un vaste programme de lutte contre la pauvreté dans lequel se développera sur 10 ans le Projet Follow Through sur l'éducation dans le but de briser le cycle de la pauvreté en analysant 9 approches pédagogiques[10]. Ce projet a mis au jour la meilleure performance de la pédagogie explicite (Direct Instruction) sur les 3 critères évalués : connaissances de base acquises, savoir-faire et estime de soi. Barak Rosenshine[11] est considéré comme le père de la pédagogie explicite, en en formalisant à partir de 1976 les différentes étapes.

La pédagogie explicite repose sur 3 aspects[12]  :

  • mettre le savoir au centre de l'apprentissage et non pas l'enfant comme l'école nouvelle, ni l'enseignant comme la pédagogie traditionnelle.
  • proposer des progressions du plus simple au plus complexe.
  • utiliser une séquence dans les leçons : rappel des acquis, préciser les objectifs, présentation de la notion, exercices guidés, révisions et évaluations.

Elle s'oppose à la pédagogie constructiviste (école nouvelle). Elle ne laisse pas l'enfant chercher et se perdre dans la masse d'informations. Elle guide l'enfant tout au long de l'apprentissage d'une notion.

Position de la pédagogie PNL par rapport à ces 3 démarches

Après 40 ans de développement de la pédagogie PNL.

La pédagogie n'a que peu de points communs avec la pédagogie traditionnelle, à part la reprise du programme scolaire de l'état et le fait de faire occasionnellement respecter avec autorité un minimum de règles de vie commune.

La pédagogie PNL, en raison de son approche humaniste, sera proche de l'école nouvelle en aidant l'apprenant à définir ses objectifs, à trouver sa propre motivation et à explorer les savoirs à sa guise.

Néanmoins, la comparaison d'une séquence pédagogique d'une leçon à la mode PNL et en pédagogie explicite montre de nombreuses similitudes[13] (rappel prérequis, objectif de la leçon, présentation de la notion, échanges, révision).

Par contre, la spécificité de la pédagogie PNL réside dans le fait qu'elle apporte en plus une méthodologie pour apprendre à apprendre[14] qui lui est propre et amène un avantage didactique supplémentaire.

Par ailleurs, la pédagogie PNL est imprégnée d'une certaine conception adhocratique[15], c'est-à-dire éduquer et former pour amener les jeunes à s'adapter face à toute situation et à la résoudre. Ceci est formalisé par les présupposés de la PNL, par exemple il n'y a pas d'échec, il n'y a que du feedback qui entraîne le fait de ne pas se laisser abattre par une non réussite du moment mais bien de prendre le feedback, se relever, apprendre et réussir.

Notes et références

  1. En 1881, il avait fait passer la gratuité de l'enseignement public.
  2. Ovide Decroly (école nouvelle) donne en 1904 une conférence dans laquelle il pointe tous les problèmes de l'époque. Il est surprenant de réaliser qu'on pourrait croire qu'il décrit l'enseignement d'aujourd'hui. — Ovide Decroly, Le programme d'une école de la vie, éd. Faubert, Paris, 2009, p 33-63.
  3. L'époque correspond à la chute de l'empire austro-hongrois avec sa culture lourde, faite de devoir et d'obéissance... Un groupe d'artistes à Vienne font la Sécession (Gustav Klimt). Le Pavillon de la Sécession est construit en 1897 à Vienne et sera une véritable déclaration de guerre à l'ancienne culture. On peut voir gravé dans la pierre des façades du lierre, la nature reprenant le dessus.
  4. Le constructivisme considère que chaque fois que l'enfant fait une activité, il remodèle son savoir.
  5. Jean Piaget, psychologue suisse, né en 1896, mort en 1980
  6. Jean Piaget, Psychologie et pédagogie, éditions Denoël, 1969.
  7. "Génétique" n'est pas lié à l'hérédité, mais bien à la genèse, c'est-à-dire série de faits et de causes s'enchaînant les uns les autres et aboutissant à un résultat - Dictionnaire Larousse.
  8. Helen Bee, Psychologie du développement, éd. De Boeck Université, Bruxelles, 1997.
  9. Neill, Libres enfants de Summerhill.
  10. Cette étude a été réalisée sur 70.000 élèves dans 180 écoles de tous milieux pendant 10 ans.
  11. Barak Rosenshine, professeur émérite en psychologie cognitive et en sciences de l'éducation à l'université d'Urbana-Champaign (Illinois - USA).
  12. Gauthier, Bissonnette et Richard, Enseignement explicite, éd. De Boeck Supérieur, Bruxelles, 2013.
  13. Alain Thiry, La pédagogie PNL, éd. De Boeck Supérieur, Bruxelles, 2014, p116.
  14. Stratégies cognitives pour comprendre, mémoriser, réfléchir, exprimer.
  15. Référence aux organisations adhocratiques, c'est-à-dire centrées sur des projets, où les personnes ont un haut niveau de formation, sont actifs, prennent le feedback, sont créatifs.