Recadrage en 6 pas

De Wiki Pnl
Aller à : navigation, rechercher

Son but

à quoi sert la technique ? Quand l’utilise-t-on ?

Cesser un comportement indésirable en offrant des alternatives de comportement (donc du choix) tout en satisfaisant l’intention positive de la partie à l’origine de ce comportement.

Un peu d’histoire

Le recadrage en 6 étapes est issu de la modélisation du travail de M. Erickson et V. Satir en train d’accompagner des personnes négociant avec leurs différentes parties d’elles mêmes, J. Grinder et R. Bandler en on modélisé le processus. Au début du recadrage en 6 étapes, l’hypnose était interdite en Californie, pourtant pensé pour être effectué avec une transe hypnotique avec l’utilisation de signaux idéomoteurs inconscients. Après avoir été utilisé en hypnose « cachée » (ou conversationnelle), puis en hypnose classique, on a depuis trouvé que ce processus pouvait être efficace en dehors de toute transe hypnotique.

Présupposés PNL qui sous-tendent le R6

• Tout comportement sert une intention « positive ». (Survie / Adaptation / Equilibre / Satisfaction) • Avoir du choix c’est avoir au moins trois choix. • En toute circonstance, l’être humain fait le meilleur choix, ou, à défaut, le moins pire. • L’être humain a en lui toutes les ressources dont il a besoin pour résoudre ses difficultés et atteindre ses objectifs.

Le comportement négatif est « recadré », en terme de processus, en respect de l’intention positive. De nouveaux choix comportementaux vont émerger en recherchant de nouvelles façons de satisfaire cette intention positive. Le processus consiste à établir un canal de communication avec la partie responsable du symptôme ou du problème, puis de négocier des alternatives acceptables au comportement non souhaité, et enfin de vérifier l’écologie de ces nouveaux choix. Pour trouver ces choix, il est utile d’accéder à un mode de pensée qui est différent de celui qui a crée le problème, c’est-à-dire en sollicitant la « partie créative » de la personne. Il est important que ce soit cette partie qui génère de nouveaux choix et non la personne qui accompagne. Si une partie n’est pas d’accord avec ce changement, il est important de la reconnaître en trouvant son intention positive et de nouveaux moyens de la satisfaire. Ses champs d’application : dans quel(s) contexte(s) est-elle utile ?

Lorsque la personne est en conflit avec une partie d’elle-même ou lorsque le comportement à changer n’a pas d’origine connue. Une partie a tout pouvoir, domine l’autre (ou les autres) parties. Il n’y pas de négociation possible.

La personne exprime souvent un sentiment d’impuissance, de perte de contrôle en disant : « C’est plus fort que moi, je ne peux pas m’empêcher de … » ou « J’aimerais bien arrêter ou mettre en place un autre comportement ou une autre réaction, mais je n’y arrive pas… ».

Protocole

1. Identifier le comportement ou la réaction à changer (EP-ED), puis amener l’idée qu’il y a comme une partie qui prend le pouvoir.


2. Etablir le contact avec la partie responsable du comportement/réaction indésirable et positionnez la spatialement.

Pour résoudre le conflit, le sujet doit être dissocié

o Est-ce que cette partie de toi qui est responsable de X accepte de communiquer avec toi à un niveau conscient ? Laisser monter une réponse spontanée, non mentalisée.

o Remercie de bien vouloir coopérer avec toi. ..

L’idée est de faire de cette partie un allié dont on va reconnaître la Fonction positive Etre attentif à tout signal interne VAK qui surviendrait en réponse à cette question.


3. Séparer l’intention positive du comportement..

o Demande à cette partie qui produit X si elle accepte de te faire savoir à un niveau conscient ce qu'elle veut de bien pour toi en déclenchant ce comportement. Remerciez...

Si la réponse est oui, la personne demande à cette partie de communiquer son intention.

Si la réponse est non, utilisez le « Comme si ... »


4. Prendre contact avec la partie créative de la personne et positionnez la spatialement.

o Demandez si la partie créative est d’accord pour aider la partie X à générer des nouveaux comportements qui marchent aussi bien, sinon mieux pour remplir l’intention positive.

Si la personne ne trouve pas de partie créatrice, utiliser le cadre Comme si. Remerciez ...


5. Négociez et Rassurez avec la partie responsable de X si elle serait d’accord pour essayer d’autres moyens, s’il en existe, qui marchent aussi bien, sinon mieux, pour accomplir cette intention positive.

o Cela ne veut pas dire qu’elle aura à accepter ces solutions.

o Pour l'instant c'est simplement un travail de créativité.

o C’est elle qui teste (au moins une fois) et qui décide si les propositions lui conviennent avant d’adopter une nouvelle manière de fonctionner.

o Ce test durera (proposez un temps) 1 mois (trouvez un autre accord si nécessaire).

o Obtenir l’accord et remerciez ...

o Demandez alors à la partie créative de générez maintenant consciemment ou inconsciemment, au moins 3 solutions, fais-moi un signe quand ce sera fait. Remercie-la.


6. Vérification écologique :

o Y a t-il une autre partie de toi (autre que celle à qui on s’est adressé jusque-là) qui a une objection à l’utilisation de l’un ou l’autre des trois nouveaux comportements ou plus globalement de ce changement ? L’intervenant reste attentif à tout signaux. S’il y a une réponse oui, on reprend au n°2.


7. Intégration : Pont vers le futur.