Accès oculaires

De Wiki Pnl
Aller à : navigation, rechercher
Schéma classique - Vc = Visuel construit, Vr = Visuel remémoré, Ac = auditif construit, Ar = auditif remémoré, K = Kinesthésique, Di = dialogue interne (petite voix intérieure)

Les accès oculaires sont une outil PNL d'observation les mouvements involontaires des yeux pour en tirer une hypothèse d'opération mentale. En effet, les PNListes auraient mis au jour une corrélation entre 6 directions des mouvements des yeux et 6 opérations mentales. C'est donc un des éléments[1] à observer pour décoder la stratégie mentale d'une personne.

Schéma classique

Un certain nombre de personnes ont le schéma classique, alors que d'autres ont un schéma inversé (gauche-droite). Il n'y a pas de corrélation avec le fait d'être gaucher ou droitier.

Utilités

Lorsque vous connaissez le schéma (classique ou inversé), vous pouvez par exemple, déduire d'un accès en haut à gauche puis d'un en bas à droite, une hypothèse de visuel remémoré suivi d'un kinesthésique.

Vous pouvez aussi faire l'inverse, guider le regard d'une personne vers le haut à sa gauche puis vers le bas à sa droite et favoriser ainsi la stratégie de mémorisation.

Pas un détecteur de mensonge

Contrairement à ce que certains détracteurs ont essayé de faire croire[2], aucun PNListe compétent n'a prétendu que ce modèle pouvait être utilisé pour détecter les mensonges. Normal, puisqu'une personne peut devoir faire des opérations créatives pour pouvoir parler de ces souvenirs trop riches ou même complexes. Cela ne veut pas dire qu'il ment parce qu'il fait des accès oculaires construits.

Expérimentations

François Loiselle a réalisé une expérience à l'université de Moncton (Canada) dans laquelle il observe l'impact des accès oculaires sur la performance orthographique[3]. Il compare 4 groupes ayant reçu des consignes différentes. Celui devant visualiser les mots en haut à gauche a obtenu le meilleur résultat avec une amélioration de 61% par rapport au groupe témoin. Cela conforte le modèle PNL de la stratégie de mémorisation, publié en 1979 par Bandler et Grinder, mais par conséquence également celui des accès oculaires.

D'autres expérimentations valident ce modèle, comme celle dans l'Utah[4].

Notes et références

  1. Les autres éléments sont : les prédicats, la tonalité de la voix, la respiration.
  2. Wiseman, Watt, Ten Brinke, Poter, Couper, Rankin ont publié un article : "The eyes don't have it : lie detection and Neuro-Linguistique"(Markus Lappe, Université of Muenster, juillet 2012) qui prouve que les PNListes ont tort de dire quelque chose qu'ils ne disent pas. De la désinformation de la part de scientifiques.
  3. Robert Dilts, T. Epstein, Dynamic Learning, p 411-413. in Alain Thiry, La programmation neuro-linguistique, PUF, Que sais-je ?, 2016, p43-45.
  4. Robert Dilts, Dynamic learning