Méta-état

De WikiPNL
Aller à : navigation, rechercher

Introduction[modifier]

La PNL qui peut se définir comme l'étude de l'expérience subjective, propose un modèle de représentation, l'index de computation, qui définit la triade état interne - Processus interne - Comportement externe. L'état interne est une gestalt corps-esprit qui interagit avec le Pi (Processus interne) et s'exprime au travers du Comportement externe.

Michaël Hall a défini la notion de méta-état dans son livre intitulé "Meta States" et qui peut être considéré comme l'ouvrage fondateur de la branche de la PNL que Michael Hall a définit sous le nom de Neuro-sémantique.

Apport de la sémantique générale[modifier]

Korzybski a étudié le processus mental d'abstraction qu'il a représenté par le "structurel différentiel" . L'homme est capable d'abstraction et en a conscience, c'est à dire qu'il sait qu'il ne sélectionne qu'une partie des caractéristiques de l'objet nommé. Au fur et à mesure que l'on monte dans les niveaux d'abstraction, on s'éloigne de plus en plus de l'expérience dans la réalité au niveau de nos perceptions sensorielles (le monde VAKO). La modélisation relève de ce processus. Un modèle est une simplification de la réalité. Ce réductionnisme est une nécessité pour comprendre et connaître. La simplification est donc liée à un but déterminé ce qui permet de ne garder que les caractéristiques essentielles pour être opératoire. La capacité à passer en position méta a été décrite par Korzybski comme la "conscience auto-réflexive" (Korzybski 1941). Cette capacité de passer en position méta permet une structure de pensée multi-couches. Cette capacité fait référence à l'aptitude à la transcendance au-delà du temps et de l'espace pour atteindre des états que l'on nommera tantôt spirituel tantôt religieux. Une autre caractéristique décrite par la sémantique générale est la multi-ordinalité qui décrit le fait qu'un terme puisse changer de sens en fonction du niveau d'abstraction auquel il est utilisé. Ex: l'homme est conscient de sa conscience; apprendre à apprendre. On voit directement le parallèle avec les niveaux logiques définis par R. Dilts.

L’histoire du modèle des Méta-états[modifier]

Gregory Bateson (1972) a introduit l’expression  » aller en méta » et a développé des principes de base au sujet des méta-niveaux quand il a écrit « Les méta-messages modifient toujours les messages plus élémentaires  » Et dans les méta-niveaux, Bateson a donné des explications au sujet  » de la différence qui fait la différence. « Partant de cela, il a avec ses collègues défini la théorie de la double contrainte de la schizophrénie et ont basculé le monde psychologique. Il a également développé un modèle de méta-niveau de l’apprentisage qu’il a utilisé pour expliquer et modéliser la structure d’expériences de niveau élevé comme la beauté, etc…

Alfred Korzybski (Science and Sanity 1933/1994) qui a inventé les mots « formation neuro-linguistique »en 1936 et engineering humain (human engineering) dans « Manhood of Humanity (1921) a parlé au sujet de la structure des expériences humaines par son modèle des « niveaux d’abstraction  » — un modèle qui a indiqué comment le système nerveux (neurologie) produit des cartes (modèles du monde) par lesquelles nous navigons dans la réalité. Il a alors parlé non seulement des abstractions de niveau de base (états primaires) mais également des abstractions de second ordre, des abstractions de troisième ordre, etc… (méta-états).

Bandler et Grinder (1975/1976) incluent l’idée de Bateson de se déplacer dans les méta-niveaux, ils ont créé le premier méta-domaine de la PNL: le méta-modèle du langage. Ce modèle élégant et puissant permet de décoder la structure de la subjectivité en analysant le langage propositionnel (les mots) puis les langages de représentation (les systèmes sensoriels de VAK).

Plus tard, Bandler et Bandler ont commencé à articuler le deuxième méta domaine de la PNL — le Méta-programmes de la perception. Ce modèle est né pour expliquer les  » pannes  » des interventions classiques de la PNL. Plus tard d’autres ont enrichi ces modèles et ont commencé à ajouter d’autres techniques et procédures qui contenaient des modèles impliquant des niveaux multiples. En 1994 Michael Hall a développé son modèle des Meta-Etats des niveaux logiques, les états corps-esprit, et la conscience réflexive. Ce modèle explicatif a ouvert une voie pour modéliser des méta-niveaux dans les états de conscience complexes et multi-niveaux. L’étincelle pour le modèle des méta-états (en anglais Meta-States) a résulté d’un projet modelant explorant l’état subjectif de résilience décrit en 1994 à la conférence internationale de PNL à Denver et dans lequel Hall a mis en évidence le fait que la stratégie de la résilience impliquait des états multiples et plusieurs méta-niveaux. Il soumit alors une description du modèle à l’IANLP (International Association for NLP ).

Définition[modifier]

État[modifier]

Un état est un état du corps et de l'esprit piloté par des idées et des significations (croyances, valeurs, sens donné à certaines choses, un état neurolinguistique). Nos états constituent un ressenti général, une gestalt. Nous y référons comme des états émotionnels. Nous notons la combinaison pensée-ressenti par les deux lettres T-F (thought-feeling) et nous la notons par un cercle. En PNL un état interne est un état, un instantané. Il peut être caractérisé par un ensemble de caractéristiques tant corporelles que mentales. Cet état pourra être observé par l'attitude de la personne: sa physionomie, la position du corps le port de tête, les tensions musculaires, le teint de peau. On remarquera également le ton de voix, le rythme. La personne pourra également exprimer son ressenti en terme de tension, de douleur, de bien-être, de vibration, etc..

États primaires[modifier]

Un état primaire (EP) est un état qui a trait à un élément (chose, personne, événement) dans l'environnement et est ressenti avec notre corps entier. Il s'agit d'une expérience pure, non-diluée (intensité, direct, clair, facilement localisable), une expérience corporelle ne nécessitant pas ou peu de mots (uniquement VAKO: image, son, sensation,..) Etant donné qu'il s'agit d'une expérience sensorielle, un travail sur les sous-modalités sensorielles est possible. Les états primaires peuvent être ancrés, ils sont aisément contactables, une seule expérience peut suffire.

Méta-état[modifier]

Un meta-Etat (ME): naît lorsque nous T-F (pensons ressentons) à propos de (@) nos T-F. Dans ce cas notre attention consciente réfléchit sur elle-même (conscience auto-réflexive) pour créer un T-F de niveau logique supérieur. Cela donne lieu à un état à propos d'un état (un ME). Les ME sont des empilements de plusieurs états en une structure verticale (en différents niveaux d'abstractions), le premier état ou état primaire étant un état qui se rapporte à (@) quelque chose, une expérience dans l'environnement. Les méta-états sont plus abstraits  piloté par la linguistique (alors que l'état primaire est piloté par le VAKO et ses sous-modalités). L'aspect multi-couche des ME les rendent plus complexes, plus diffus et donc moins localisés. Nous ne disposons que de peu de sensations pour les piloter et il est difficile voire impossible de les ancrer. On peut obtenir un effet de désactivation d'ancre si on tente d'ancrer un ME). Les seuls ancrages efficaces sont des méta-ancres ou ancres abstraites composées de mots, expressions et structures linguistiques. Les structures linguistiques sont utilisées comme une colle conceptuelle qui garde les couches des ME attachées les unes aux autres. La PNL dispose d'un outil linguistique puissant pour décoder et décoller les ME : le métamodèle du langage.

REMARQUE: Si un méta-état devient habituel, la neuro-sémantique de cet état se reproduit jour après jour, semaine après semaine, année après année et peut littéralement s'effondrer ou se conglomérer à l'état primaire et l'on peut ainsi associer différents états kinesthésiques à ces expériences de niveau méta.

Notes et références[modifier]