Profil LAB

De WikiPNL
Aller à : navigation, rechercher

Le Profil LAB[1] (ou LAB profile en anglais) a été développé en lien avec la catégorie des Méta-programmes qui concerne la motivation.

Historique[modifier]

C’est à Noam Chomsky que le Profil LAB doit sa naissance. Effectivement, celui-ci a créé la linguistique dite générative ou tansformationnelle, en mettant en évidence les « violations de syntaxe ».

Concept repris par Rodger Bailey - diplômé en anthropologie, conseil pédagogique et études post-universitaires de linguistique ; certifié depuis en Analyse transactionnelle et en tant qu’enseignant PNL, spécialisé dans les applications commerciale et organisationnelle.

Notion que Shelle Rose Charvet - enseignante certifiée en PNL, chevronnée en influence et persuasion - a développé au niveau international ; cf. son ouvrage cité dans la bibliographie.

Concept[modifier]

Le Profil LAB s’attache à mettre en évidence ce qui concerne la motivation d’une personne dans un contexte donné. Il va donc s’intéresser au schéma de ce qui est dit et fait dans un certain contexte. Il s'agit d'un outil PNL inspiré de l’ensemble des Méta-programmes qui se concentre sur la motivation, qu’elle soit présente ou pas.

Il part du principe que la façon dont une expérience est vécue ne peut être racontée dans son entier puisque’il y a des filtres mentaux (personnels et culturels) qui en déterminent la narration et qui donc la simplifient. Partant de là, il s’agit donc d’identifier et cataloguer ces filtres afin de (re)trouver la motivation première.

Ce qu'il est important de comprendre est qu'un schéma linguistique (ce qu'on nomme en PNL,« [[Méta-programmes] qui est utilisé dans un contexte donné amène à un comportement qui se répète ».

A partir de là, son but peut être de manipuler une personne - comme cela se fait en politique, marketing, entreprise, etc.. - ou de l’influencer, en lui ouvrant une possibilité d’évolution, comme ce qui se fait en accompagnement, travail en équipe, etc.

Le Profil LAB est donc un levier de changement important concernant une motivation personnelle ou relationnelle basée sur les théories de la linguistique transformationnelle et des Méta-programmes.

Comme tous les outils PNL, le profil LAB peut être utilisé de deux façons :

  • pour recueillir de l’information et/ou
  • pour user du langage d’influence.

Structure[modifier]

Selon Shelle Rose Charvet – et au niveau de la motivation -, le Profil LAB concerne tous les Méta-programmes, tels que le niveau (proactif/réactif), la source (interne/externe), le raisonnement (procédure ou options), le champ (global/précis), etc. , car tous peuvent être une source – ou une non-source – de motivation dans un contexte donné.

Protocole[modifier]

En influence et non en manipulation, les bases sont de savoir utiliser les questions précises lors du recueil d’informations (cf. Méta-modèle) et d’utiliser le modèle de Milton pour ouvrir à une évolution :

Les questions précises servant à mettre à jour les leviers de motivations (ainsi que les non-leviers). Le modèle de Milton permettant de faire émerger et d’intégrer des leviers de motivations, qu’ils soient présents ou pas, via métaphores et recadrages.

Contexte[modifier]

Pour influencer – et donc permettre à l’autre ou les autres d’atteindre leur(s) objectif(s)

Dans l’accompagnement individuel :

Quand une personne manque de motivation ou la recherche, quelque en soit le contexte ; également en systémique (familiale ou autre).

Exemple : Lors d’une séance individuelle, l’accompagnant calibre lors du cadre d’objectif qu’une personne fonctionne de façon interne, proactive et procédurière. Il pourra donc reprendre ces filtres lors de son accompagnement en tant que leviers :

« Et vous pouvez tout à fait ne pas écouter ce que je vous dis… et simplement le transformer à votre façon… en y mettant de l’action… pas après pas… »

En entreprise : Pour rassembler et motiver une équipe autour d’un concept, d’une recherche, d’une idée, etc.

Exemple : « Et maintenant que nous avons remarqué que vous fonctionnez toutes et tous de façon différente, et qu’ensemble, vous faites une magnifique équipe… que pouvons-nous mettre en place maintenant pour que cette équipe réalise ce qui est si magnifique en elle ?... »

Pour manipuler – et donc utiliser ces leviers pour influencer les autres de manière à atteindre notre objectif.

Aux niveaux politiques, publicitaires et d’entreprises : Le Profil LAB n’est pas directement utilisé bien que restant très efficient en arrière-plan. Ceci car il est « caché » dans des biais cognitifs utilisé par les GAFA et les politiques de nos jours.

De manière « facile » à manipuler une population en l’amenant à penser, dire et faire ce que l’on aimerait qu’elle pense, dise et fasse .

Exemple : Il s’agit souvent d’associer une émotion à un soi-disant fait et de le marteler. Comme « les migrants sont dangereux et prennent nos places de travail » ou « la cigarette tue car elle ronge nos pouvons » ou encore « Les hommes sont des bêtes sexuelles dont les femmes veulent se défaire ».

Dans ces affirmations figurent des méta-programmes que le Profil lab va utiliser, tout autant que l’affirmation de croyances sous forme de généralisations (cf. article connexe sur les croyances) et finalement le martèlement de ces affirmations par les médias.

Conclusion[modifier]

Et cela – de nos jours - va beaucoup plus loin encore avec la récolte des données citoyennes sur internet, fondée sur les biais cognitifs, le Profil LAB et les sciences cognitives et émotionnelles.

Il est donc grand temps que cette thématique s’étire et sorte du champ des Pénélistes afin que le tout public en comprenne l’enjeu ! Tout comme il est grand temps que diverses approches éducatives s’emploient à conscientiser ces fonctionnements, dans le but que chaque être humain, dès l’enfance, apprenne à comprendre comment il fonctionne.

Bibliographie[modifier]

Shelle Rose Charvet, Le plein pouvoir des mots - Comment déclencher et maintenir la motivation des autres... et de soi-même grâce au Profil Lab, InterEditions, 2014.

Notes et références[modifier]

  1. Cet acronyme signifie, en anglais, « Language and Bahaviour Profile » et en français, « Profil de langage et de comportement ».